Faire un don
16.12.2022

Du cœur et du savoir-faire pour un monde meilleur

En cette nouvelle année, six coopérant·e·s sont prêt·e·s au départ pour renforcer notre engagement en Afrique et en Amérique latine. De grands défis et de riches expériences les attendent sur place, en collaboration avec les populations locales : comme celles d'améliorer les perspectives professionnelles des jeunes, la protection des enfants contre la violence ou la sauvegarde des moyens de subsistance.

Marco Andreoli, géographe de Bellinzone (TI) 

Son projet au Pérou : Sensibilisation environnementale dans les écoles 

Le manque d'éducation, des problèmes environnementaux majeurs et les maladies vont souvent de pair. En tant que géographe de formation, je connais trop bien ces relations. C'est pourquoi il me tient à cœur de soutenir la province de Quispicanchis avec mes compétences. En mettant en œuvre un projet innovant de serres scolaires dans 23 écoles, nous ne luttons pas seulement contre la faim : nous encourageons les enseignant·e·s, les enfants et leurs parents, à mieux connaître, comprendre et protéger l'environnement, qui est la base de leur vie. Pourquoi je pars? Je vous l'explique en video! 


Monika Keller, éducatrice sociale Buchrain (LU) 

Son projet au Kenya : Protéger activement les enfants contre la violence   

 

Au Kenya, une moitié des enfants subissent des violences ou sont victimes de négligence. Ces violences ont un impact très négatif sur leur santé physique et psychique et mettent à mal leurs chances d'avenir et leur éducation. Make Me Smile Kenya (MMS-K) permet aux jeunes particulièrement vulnérables d'accéder à une éducation, à une formation professionnelle, aux services de santé et à des activités de loisirs protégées. Je soutiens MMS-K dans la sensibilisation des enfants à leurs droits, dans la formation des services privés et publics ainsi que des enseignant·e·s aux thèmes de la protection de l'enfance, et pour une collaboration plus efficace entre toutes les parties concernées. Les enfants victimes de violence sont ainsi mieux identifié·e·s et reçoivent le soutien auquel ils et elles ont droit. Pourquoi je pars? Je vous l'explique en video! 


Paul Knoblauch, formateur professionnel et ancien directeur d'école d’Aarau (AG)

Son projet en Namibie : Promouvoir la formation professionnelle

 

En Namibie, près de 40% des apprenant·e·s redoublent leur terminale, malgré les dépenses importantes de l'État dans l'éducation. Le taux de chômage des jeunes est également terriblement élevé. Grâce à mes dizaines d'années d'expérience en tant que directeur d'école et formateur professionnel, j'espère pouvoir contribuer activement au développement d'un programme d'enseignement préprofessionnel et à une meilleure mise en réseau avec des entreprises économiques. Pour offrir de meilleures perspectives professionnelles aux jeunes dans la partie la plus pauvre de la Namibie. Pourquoi je pars? Je vous l'explique en video! 
 

Lisa Marchesi, éducatrice sociale d’Avegno (TI) 

Son projet au Nicaragua : Valoriser les connaissances des personnes âgées   

 

Au Nicaragua les personnes âgées constituent un segment particulièrement fragile de la population : elles n'ont souvent pas droit à une pension et se retrouvent avec des petits-enfants à charge, dans des régions reculées et sans soutien spécifique. Ma formation d'éducatrice sociale me permet d'analyser leur situation spécifique, d’évaluer les efforts entrepris par l'UNAG et d’autres organisations partenaires de Comundo, puis d'élaborer des propositions qui impliquent davantage les personnes âgées et tiennent compte de leurs besoins. Pourquoi je pars? Je vous l'explique en video! 


Bastian Moulin, juriste de Vollèges (VS) 

Son projet en Colombie : Protéger l’environnement et les droits humains 

En Colombie, les richesses naturelles du département du Meta, porte d’entrée de l’Amazonie colombienne, sont au centre de toutes les convoitises. Le développement d’importants projets miniers, énergétiques et agricoles, y menace des sanctuaires sauvages et met en péril des populations locales souvent impuissantes. Bastian Moulin s’engage auprès de la Pastorale sociale du diocèse de Granada, une des rares entités qui ont pu maintenir des liens de confiance étroits avec la population civile et les acteurs du conflit durant les décennies de violence, et soutient un projet de protection de l’environnement impliquant la jeunesse, l’Observatorio regional ambiental (ORA), qui met l’accent sur les droits humains et le développement d’une culture de la paix. Pourquoi je pars? Je vous l'explique en video! 
 

Anna Scott, spécialiste en éducation inclusive de Laufen (BL) 

Son projet en Namibie : Un meilleur soutien individuel pour les enfants 

Si un enfant suisse connaît une situation de handicap, il existe diverses offres ou institutions spécialisées, et un vaste savoir-faire pour accompagner au mieux l'enfant dans son développement. Ce n'est pas le cas en Namibie. Aujourd'hui, les enfants en situation de handicap y sont fortement marginalisés. Avec pour conséquences aucune scolarisation, et une discrimination à vie. Grâce à mes années d'expérience dans le domaine de l'éducation inclusive, je peux changer la donne. C'est pourquoi je m'engage dans le nord de la Namibie, région fortement touchée par la pauvreté. Pourquoi je pars? Je vous l'explique en video! 
 

Tullio Togni, diplômé en anthropologie sociale de Cadro (TI) 

Son projet en Colombie : Les populations indigènes font valoir leurs droits 

En Colombie, dans le département du Cauca, durablement impacté par les conflits armés et convoité pour ses ressources naturelles par de nombreux groupes armés ou intérêts économiques, il est nécessaire de développer des stratégies qui puissent renforcer l’exercice des droits humains des communautés indigènes. Elles y sont en effet vulnérabilisées par de grands projets agro-industriels ou d’extraction, les inégalités socioéconomiques, les discriminations et la marginalisation. Le CRIC, Consejo Regional Indígena del Cauca, se mobilise depuis plus de 50 ans pour la reconnaissance de leurs droits et la défense de leurs territoires. Tessinois diplômé en anthropologie sociale, Tullio Togni contribue à la création et la mise en œuvre d'un observatoire des droits humains qui apporte un soutien plus efficace à 11 populations indigènes.

 

Retrouvez ci-dessous les videos de départ de nos coopérant·e·s:

Découvrez nos champs d'action

 

Comundo s'engage à la mise en œuvre des Objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD de l'Agenda 2030).

 

Nos champs d'action