Faire un don
12.10.2021 | Kenya, Education et formation

Journal de bord d'une coopérante

Qu'est-ce que signifie, pour un chef de projet suisse, de vivre et de travailler en tant que coopérant au Kenya ? Comment sa journée est-elle structurée ? Comment se déplacer ? Et les repas ? Diana Ombelli nous parle de son travail quotidien en faveur du North Coast Medical Training College (NCMTC) à Kilifi, sans oublier ses liens avec le Tessin.

05h35: Avant le lever du soleil

Diana(-e) debout ! Déjà le réveil qui s’agite pour commencer une semaine de travail. Il fait encore nuit dehors. J'entends le bruit de la mer et le feuillage des arbres près de ma fenêtre. Je prends le tapis de yoga et choisis une pratique d'équilibre pour stimuler ma concentration. Le yoga du matin est un rituel que je pratique depuis plusieurs années et qui m'aide à me concentrer sur la journée à venir. La différence est que maintenant je le fais devant une fenêtre avec vue sur l'océan ! 

6h30: Premières lueurs de l’aube 

En sortant de la salle de bain, j’aperçois déjà les premiers rayons de soleil à travers la fenêtre. Ici au Kenya, le lundi c’est le jour des vêtements "smart chic". Pour le travail au North Coast Medical Training College, où je travaille pour Comundo, j'ai opté pour un pantalon cloche. Mon collègue Dominic Kalume m'a fourni le tissu à Malindi. Les pantalons ont ensuite été confectionnés par Stella Luoga, ma collègue tanzanienne chargée du projet de santé de Comundo pour les personnes âgées dans les communautés proches du Collège.


07h00-08h00: Petit-déjeûner sur des airs de Tessin

Mon petit-déjeuner, composé de fruits, yaourt et de muesli croustillant fait maison, s’agrémente de "Parzialmente scremato", le programme matinal sur Rete Tre. Ce matin, la "Radio Conga" de Negrita diffuse une introduction en swahili. Je souris : quels liens peut-on trouver entre la vie au Tessin et celle au Kenya ? Grâce à Internet, je sais ce qui se passe au Tessin presque en temps réel. Il est important pour moi de maintenir le dialogue avec mes racines : même si beaucoup de choses dans ma vie quotidienne ont changé, d'autres demeurent, comme mon identité de Tessinoise.

Le bus de Mzee Baya durant le trajet jusqu’au collège. Photos: Diana Ombelli
Le bus de Mzee Baya durant le trajet jusqu’au collège. Photos: Diana Ombelli

Je descends dans la cour où m'attend Martin Ouma, le chauffeur qui m'emmène chaque matin à l'arrêt de bus du North Coast Medical Training College sur sa moto. Après un premier tronçon de route pavée, le bus emprunte un parcours plus adapté à un rallye dans la savane. Le chauffeur, Mzee Felix Baya, est habile à éviter les nids de poule et les flaques d'eau, et les secousses sont nombreuses. Il est maintenant 8 heures passées lorsque j'entre dans l'aile administrative du Collège pour signer le registre de présence.


«S'engager, maintenant.»

La balle est dans ton camp!

Interessé·e à t'engager à l'étranger?

deviens coopérant·e 

 

Tu préfères contribuer depuis ici?

soutiens-nous!

«Je m'engage pour de meilleurs soins de santé, parce qu'une meilleure éducation à la santé profite à la fois aux jeunes et à l'ensemble du pays.» Diana Ombelli, Responsable de projet online

08h00-10h00: Première séance, consacrée à la sécurité informatique

Arrivée au bureau, j'allume mon ordinateur portable, vérifie mes courriels et mon programme du jour. Ce lundi, c’est rencontre avec mes collègues du département informatique, Sheila Amwoma et Eric Kilelu, pour parler sécurité informatique. Outre la confidentialité des données personnelles, il est nécessaire de mettre en place des procédures pour protéger les applications contre les intrusions non autorisées et assurer un déroulement normal des activités d'enseignement en classe et en ligne. Là aussi, mon expérience professionnelle en Suisse m'aide beaucoup. 

Rencontre avec mes collègues Sheila Amwoma et Eric Kilelu.
Rencontre avec mes collègues Sheila Amwoma et Eric Kilelu.

«Ma longue expérience professionnelle m'aide beaucoup à évaluer les risques informatiques et à choisir les mesures appropriées.» Diana Ombelli


10h00-13h00: Evaluation de mon projet d'apprentisssage en ligne

Réunion avec Bernand Mosongo, mon homologue du North Coast Medical Training College, pour discuter de l'avancement de mon projet. A l’ordre du jour,mes deux objectifs à long terme : augmenter le nombre d'étudiant·e·s qui obtiennent leur diplôme grâce à l'apprentissage en ligne, et celui des professeur·e·s capables de mener des sessions d'enseignement combinées, face à face et en ligne. Il est nécessaire d'améliorer et d'accroître l'offre de cours en ligne pour permettre à un nombre croissant d'étudiant·e·s de bénéficier d'un enseignement de qualité, ce qui serait impossible avec un trop grand nombre de classes. Pour le semestre qui vient de commencer, le nombre d'étudiant·e·s inscrit·e·s aux cours de base a plus que doublé, passant de 120 à 250 ! Raison de plus pour accélérer le passage à l'enseignement combiné.

L'outil numérique le plus populaire est le téléphone portable. La photo montre une classe qui découvre l'utilisation de livres en ligne.
L'outil numérique le plus populaire est le téléphone portable. La photo montre une classe qui découvre l'utilisation de livres en ligne.

13h00-14h00: Collation à la mode kenyane

Au déjeuner, le plus souvent je mange à la cantine. Ce lundi il y a du riz nature, du bœuf et du chou. Parfois, j'apporte un fruit pour compléter le repas. Le mardi, il y aura des chapatis et le mercredi, le plat national : l'ugali, une polenta blanch que l’on mange avec les mains. La plupart des Kenyans mangent de l'ugali au moins une fois par jour. On le consomme en faisant de petites boules avec la paume des mains et en les trempant dans des accompagnements (viande, légumes). Sur la photo, un ugali avec du sukuma wiki, un légume ressemblant à des épinards.

Photo d’une assiette d’ugali.
Photo d’une assiette d’ugali.

14h00-17h00: Bonnes pratiques sur PowerPoint et Kahoot!

Dans mon travail de formatrice, j'ai remarqué un fort intérêt pour les outils numériques. Mais les activités de groupe restent difficiles à organiser, les enseignant·e·s étant souvent trop occupé·e·s par leurs tâches usuelles. Parfois j'organise des sessions ad hoc lorsqu'un cas concret se présente qui permet l'application de quelque chose de nouveau.

Cet après-midi, je rencontre Sophia Omar, une ancienne élève du Collège qui travaille maintenant comme mentor et fait partie de l'équipe d'apprentissage en ligne. Elle s'intéresse à certaines applications utiles pour les cours en ligne. Je lui montre comment utiliser PowerPoint pour enregistrer des tutoriels et lui demande de créer un quiz à l'aide de Kahoot !   

17h00-22h00: Mon afterwork

Le bus me ramène à Mtwapa, où je m'arrête à un étal de fruits et légumes frais. Pour ces aliments, je préfère soutenir les petits commerçants plutôt que les supermarchés. Pour le dîner, je cuisine généralement mes plats préférés en intégrant des produits locaux. Ce soir, je ferai classique : spaghettis avec salade de tomates, concombres et feta kenyane. Après le dîner, petite session médias sociaux avant de sauter dans la douche et de terminer ma journée par un peu de lecture.

Diana en pause lecture sur le canapé
Diana en pause lecture sur le canapé

Rester informé·e?

Apprendre régulièrement ce que vivent nos coopérant·e·s?
Se tenir au courant des postes de coopération ouverts?
Pour ne rien rater, s'abonner à la Newsletter Comundo!
 

inscription à la Newsletter

De Diana Ombelli | 12 octobre 2021 | Kenya

Partager cet article !

 

0 Commentaires

Ecrire un commentaire

Faites-nous savoir ce que vous en pensez !

 


Diana Ombelli

Responsable de projet

E-Mail

Le centre de formation professionnelle du North Coast Medical Training College (NCMTC) forme du personnel de santé, un besoin urgent au Kenya. Afin de répondre à la forte demande et de promouvoir la qualité de l'enseignement, la cheffe de projet informatique tessinoise Diana Ombelli soutient le centre de formation dans l'introduction de méthodes d'e-learning.

 

En savoir plus sur le projet

 

La balle est dans ton camp !

  • Reste régulièrement informé·e des postes de coopération à l’étranger
  • et de ce que vivent nos coopérant·e·s, et de l’impact de leur projet

S’INSCRIRE À LA NEWSLETTER