Faire un don
21.02.2022

1, 2, 3, départ : et retour vers la Suisse!

Marilena Bubba se prépare à rentrer en Suisse après trois ans d'engagement en Bolivie, à Cochabamba. Dire au revoir à ses collègues, faire ses valises et quitter la ville qui l'a accueillie en 2019 s’avère moins difficile que prévu, car elle a l’esprit occupé par ses deux petits chiens. Chronique d'un retour annoncé – et d'un coup de foudre.

Aujourd'hui il fait gris, le ciel est à la pluie et l'humeur oscille entre farniente et mélancolie. C'est l'une de ces journées propices aux souvenirs et à un bilan de ce que j'ai vécu lors des trois dernières années. Vous vous direz que je philosophe un verre à la main depuis quelque terrasse surplombant la ville, mais il fait bien froid et à 10 heures du matin, sachez que le vin est remplacé par un café bien chaud et que je contemple la ville allongée sur mon canapé. Mais foin de bavardages, revenons à la veine mélancolique de mes souvenirs ! Trois ans se sont écoulés depuis mon arrivée en Bolivie, et dire que dans quelques jours mon contrat d'échange prendra fin, je serai sans travail et il me faudra encore ouvrir un nouveau chapitre de ma vie…

Trois ans qui en paraissent dix

Au cours de ces trois années en Bolivie, l'impensable s'est produit et j'ai le sentiment d’avoir tout vécu : les joies, les peines, les échecs et les moments d'émerveillement, l'inquiétude, la souffrance, mais aussi l'amour et la solidarité. Dans cette expérience, j'ai pu vivre la Bolivie et ses mille facettes : le choc culturel à l'arrivée, l'émerveillement des paysages et des expériences uniques, la culture sous ses multiples formes artistiques et notamment beaucoup de danses, la chicha ou le singani, désaltérante ou grisant, et la saveur des anticuchos, les grèves, sociales, la souffrance et la violence quotidienne, la pandémie et une santé de plus en plus précaire...
Alors ma première année en Bolivie, cela me semble si loin ; c’est incroyable tout ce qui a pu se passer, toutes ces expériences qui changent une vie, que vous le vouliez ou non !

Départ avec "date d'expiration”

J'ai commencé cette aventure en sachant qu’elle aurait une fin (retardée de deux ans dans mon cas), et inconsciemment ou non cela a affecté mes décisions et ma façon de vivre l'expérience. Un peu comme voyager avec le frein à main tiré : vous savez que vous reviendrez avec vos valises et, avec un peu de chance comme moi, quelques paniers pour animaux ! Passer de la solitude et de la liberté qu’offre un léger sac à dos à la recherche d'une solution pour rentrer au pays avec deux chiens est pourtant plus facile qu’on ne le penserait.

Aujourd’hui, l’heure est aussi à céder généreusement ou bien vendre mes affaires, mais aussi à préparer le voyage en avion des Tschy-Kisses, et le mien bien sûr, et surtout comment rentrer de l'aéroport de Milan à mon domicile avec 4 valises, deux énormes cages à chiens et leurs occupants. Donc… Si quelqu'un parmi vous a un camion ou un minivan, merci de vous manifester, nous arrivons le vendredi 22 avril à 19:20 à Milano-Malpensa, Terminal 1. Et récompense : une bouteille de Singani !

Alors que je fais mes valises, je me revois il y a trois ans et j’en souris : je me retourne et regarde les Tschy-Kisses qui dorment béatement le ventre à l’air, et les paroles de ma mère au moment du départ me reviennent très clairement : "Maintenant tu pars en Bolivie, pars mais reviens seule et entière dans deux ans…" Alors me voilà Maman, mais malheureusement tu avais tort, nous sommes trois personnes à revenir ! 

Les Tschy-Kisses juste après avoir été trouvés dans un sac poubelle.
Les Tschy-Kisses juste après avoir été trouvés dans un sac poubelle.
Les Tschy-Kisses maintenant
Les Tschy-Kisses maintenant

Car qui aurait cru que j’adopterais deux chiens aux noms absurdes, aux oreilles plus grandes que leur visage et aux grains de folie farouchement ancrés ? D’abord que les choses soient claires : je n’ai pas choisi leur nom ! Quand on les a trouvés dans un sac poubelle, c'étaient juste deux horribles boules de poils avec des oreilles. Un vétérinaire les a examinés et a déclaré qu’ils étaient de la famille des chihuahuas et ne grandiraient pas beaucoup. La fille qui les gardait à l'époque a décidé de leur donner un nom combiné, car ils étaient inséparables, et vu leur taille, elle a décidé de les appeler "Tschy-kiss" pour Chiquis, filles en espagnol, mais aussi chiquitas, petites. Et comme elle est Suisso-Bolivienne, elle a décidé d'écrire "Tschy" comme son nom de famille germanophone et "Kiss" en anglais, ainsi la prononciation serait la même qu'en espagnol. En bref, un nom bizarre mais un raisonnement original !

Le coup de foudre

Je n'ai jamais cru au coup de foudre, mais avec les Tschy-Kisses, c'était exactement comme ça : un seul regard et la magie a opéré, peu importe qu'ils soient aussi sauvages, qu’ils aient le corps d'un chihuahua et l’appétit d'un docker, ils ont décidé que je devais les adopter et ont tout fait pour que je les aime. Et ils ont gagné !

Qui aurait cru que je me retrouverais à voyager avec deux petits chiens ?
Qui aurait cru que je me retrouverais à voyager avec deux petits chiens ?

Alors me voilà aujourd'hui à acheter des cages, des auges, des muselières, à organiser des examens médicaux et des certificats qui coûtent un bras pour bientôt arpenter avec passion les Alpes suisses avec ces Tschy-Kisses certainement impatients de courir dans les bois et, surtout, prêts à dévorer de délicieux nouveaux snacks pour chiens ou toute autre chose comestible !

Et tous les trois nous sommes prêts à commencer une nouvelle aventure. Alors chers amis, accrochez-vous car la Bubba Team est bientôt de retour dans la place !

De Marilena Bubba | 21 février 2022 | Bolivie

Partager cet article !

 

0 Commentaires

Ecrire un commentaire

Faites-nous savoir ce que vous en pensez !

 


Marilena Bubba

Pédagogue sociale

Marilena Bubba a soutenu de 2019 à 2022 l'organisation Estrellas en la Calle qui travaille avec des enfants, des adolescent·e·s, des jeunes et des familles de Cochabamba.

Tu aimerais faire un don?

 

Le projet de Marilena Bubba est terminé, mais pas l'engagement de Comundo et de nos organisations partenaires en Bolivie !

Si tu souhaites soutenir notre engagement, tu peux faire un don.

 

à notre programme en Bolivie

 

aux projets des autres coopérant·e·s de Comundo

 

MERCI BEAUCOUP !

 

La balle est dans ton camp !

  • Reste régulièrement informé·e des postes de coopération à l’étranger
  • et de ce que vivent nos coopérant·e·s, et de l’impact de leur projet

S’INSCRIRE À LA NEWSLETTER