Faire un don
15.07.2021 | Namibie, Education et formation

Mieux étudier grâce aux tests auditifs ou visuels

Un projet de dépistage pour les élèves malvoyants et malentendants dans la région du Zambèze, en Namibie, montre comment Comundo, en tant que bâtisseur de ponts, renforce concrètement la participation des enfants et des jeunes en situation de handicap au système éducatif. Par Regula Käser.

La Namibie est classée comme un pays à revenu moyen, mais présente en même temps de grandes inégalités socio-économiques. Celles-ci sont particulièrement visibles et tangibles dans les zones rurales telles que la région du Zambèze, à l'extrême nord-est de la Namibie. La population est touchée par un taux de chômage élevé et dépend essentiellement de l'agriculture de subsistance.
En tant qu'actrice de la coopération au développement, j’y soutiens la direction régionale de l'éducation du Zambèze. L'un de mes axes de travail est l'inclusion des enfants et des jeunes défavorisés. Ce projet de dépistage des élèves malvoyants et malentendants dans la région du Zambèze, lancé en 2019, est un exemple de la manière dont la PEZA peut agir en tant que bâtisseur de ponts pour renforcer la participation des enfants et des jeunes au système éducatif.

Les difficultés scolaires de Belinda

Belinda Sangwali, aujourd'hui âgée de 20 ans, a fait l'expérience de ce que signifie la déficience auditive à l'école : "Je ne pouvais plus entendre ce que disaient les professeurs. Nos professeurs parlent toujours beaucoup pendant les cours parce qu'il manque des manuels et je ne pouvais pas comprendre leurs explications ou leurs devoirs, par exemple. Je devais toujours regarder ou demander à mes camarades de classe. Dans l'ensemble, ma performance n'a pas été bonne. J'ai dû redoubler la 8e et la 12e année. C'était toujours très fatigant et je devais faire très attention pour ne pas perdre le contact." L'audiologiste de Belinda a finalement diagnostiqué une perte auditive modérée dans son oreille droite et une perte auditive sévère dans son oreille gauche.

Belinda utilise ses appareils auditifs pour la première fois:  étonnée et ravie. (Poto: Regula Käser/Comundo)..

D'autres étudiants ont des expériences similaires à celle de Belinda. Selon des estimations prudentes, environ 500 apprenant·e·s souffrant de déficience auditive suivent des cours dans la région du Zambèze (Ministère de l'éducation, des arts et de la culture Namibie, 2020). Outre la perte auditive héréditaire, les infections chroniques de l'oreille moyenne, la méningite, le paludisme ou la tuberculose figurent parmi les principales causes de déficience ou de limitation auditive en Namibie (Bruwer & February, 2019). 

Votre soutien fait toute la différence!

 

Les enfants handicapés de Namibie veulent aussi aller à l'école et apprendre quelque chose.

Grâce à votre soutien, c'est possible. 

Merci!

 

35 francs    75 francs   150 francs   350 francs

Tout comme l'audition, les déficiences visuelles ont un impact durable sur le développement global de l'enfant, sa capacité de performance et sa qualité de vie. Environ 19 millions d'enfants de moins de 15 ans présentent une déficience visuelle modérée à sévère dans le monde (Pascolini et al., 2012). Parmi ceux-ci, jusqu'à 58 % des déficiences visuelles sont traitables (Kong et al., 2012). Dans la seule région du Zambèze, environ 600 élèves sont concernés (ministère de l'Éducation, des Arts et de la Culture de Namibie, 2020). 

Les hôpitaux régionaux et les cliniques des grands villages sont souvent sous-approvisionnés en médicaments ainsi qu'en fournitures, et il y a également un manque de personnel de diagnostic bien formé (Leslie et al., 2017). En outre, le manque de moyens de transport ou les coûts élevés rendent souvent impossible le fait de se rendre dans une clinique ou un hôpital. En conséquence, les enfants et les adolescents ne sont pas en mesure d'atteindre leur plein potentiel à l'école, sont limités dans leur apprentissage et quittent l'école avant la fin de la période scolaire normale. La formation professionnelle et les perspectives d'avenir deviennent une perspective lointaine.

«En conséquence, les enfants et les adolescents ne sont pas en mesure d'atteindre leur plein potentiel à l'école, sont limités dans leur apprentissage et quittent l'école avant la fin de la période scolaire normale.»

La mère de Mukande, un élève malentendant, lui insère les deux appareils auditifs (Photo : Regula Käser/Comundo)

Le projet de dépistage 

Au Zambèze, la réalisation de dépistages auditifs est l'une des activités annuelles prévues par la direction de l'éducation. Cependant, en raison du manque de ressources humaines et financières, les projections n'ont pas pu être facilitées ces dernières années. C'est là qu'intervient notre projet de dépistage de la vision et de l'audition initié développé en étroite collaboration avec la direction de l'éducation.

Divers acteurs tels que l'audiologiste du siège du ministère de l'éducation, la direction régionale de la santé, l'ONG CLaSH (Association pour les enfants souffrant de troubles du langage, de la parole et de l'audition) basée à Windhoek, des opticiens ainsi que l'Association optométrique de Namibie ont finalement été contactés pour le projet.

Afin de préserver les ressources des spécialistes, le dépistage a été planifié et réalisé en plusieurs étapes. Tout d'abord, accompagnée des infirmières scolaires de la Direction de la santé du Zambèze, j'ai visité les écoles qui avaient répondu à une demande. Les élèves ont été testés à l'aide d'un tableau de dépistage de la vue et d'un audiomètre fourni par CLasH. Cela a permis à plus de 800 élèves de 34 écoles de subir des examens simples de l'audition et de la vision. Environ 250 enfants et jeunes ont finalement été identifiés et orientés vers l'audiologiste ou l'optométriste pour des évaluations ultérieures. 

Dépistage auditif

Pour un dépistage auditif plus approfondi, la direction de l'éducation a invité l'audiologiste à Katima Mulilo, la capitale régionale, où ensemble nous avons testé et diagnostiqué environ 80 apprenant·e·s dans leur école respective. Pour les élèves ayant une perte auditive permanente, des empreintes ont également été prises pour les moules d'oreille des appareils auditifs. Lors d'une deuxième visite, quelques mois plus tard, l'audiologiste a finalement apporté les appareils auditifs donnés par CLaSH, qui ont été adaptés aux enfants et aux jeunes. 

Dépistage des troubles visuels

Avec les écoles, j'ai également organisé une visite de Windhoek Optics, un magasin d'optique basé à Windhoek qui se rend à Katima Mulilo pour quelques jours tous les deux ou trois mois avec un magasin mobile. Sur une base continue, un groupe d'apprenant·e·s est soumis à un examen plus approfondi à chaque visite. Les dépistages effectués jusqu'à présent montrent qu'environ 85 % des enfants et des adolescents ayant subi un test complet ont besoin d'aides visuelles, que le magasin d'optique finance en collaboration avec l'Association namibienne des opticiens. 

Regula Käser donne des instructions lors du test auditif (Photo : Regula Käser/Comundo)

L'opticien envoie ensuite les lunettes ajustées, et lorsque je rends visite aux élèves dans les écoles je leur remets les lunettes. Certains élèves ont été envoyés à l'hôpital pour des examens complémentaires en raison d'une inflammation de la cornée, d'un glaucome congénital ou d'une cataracte développée au cours des premières années de vie.

Enfin j’ai assuré le suivi des soins et la fourniture de piles pour les appareils auditifs lors des visites ultérieures de l'école. Et sensibilisé les enseignants et leur montrant comment soutenir les élèves en classe.

Regula Käser lors d'un dépistage de la vue à l'école d'Impalila (Photo : Regula Käser/Comundo)

Perspectives d'avenir pour Belinda 

Pour Belinda, les appareils auditifs sont un grand soulagement. Elle a maintenant passé la 12ème année et a pu s'inscrire à l'université. Elle est désormais plus proche de son rêve de devenir journaliste radio. De nouveaux dépistages préalables et des dépistages ultérieurs chez l'opticien et avec l'audiologiste sont également prévus dans d'autres écoles qui n'ont pas encore été incluses.

Les coopérant·e·s peuvent donc avoir un impact sur l'environnement immédiat dans lequel ils travaillent. Ils donnent de nouvelles impulsions aux structures existantes, apportent d'autres actions et stratégies aux organisations partenaires, coordonnent les ressources disponibles et permettent de convaincre de nouveaux partenaires.

La collaboration multilatérale avec le secteur privé, les ONG et les ministères de la santé et de l'éducation dans le cadre du projet, a permis d'améliorer à long terme les expériences éducatives, psychologiques et socio-économiques des apprenant·e·s souffrant de déficiences visuelles et auditives. Ils sont désormais en mesure de participer plus pleinement à l'éducation, de mieux réaliser leur potentiel et de se créer ainsi des opportunités pour l'avenir. 

De Regula Käser | 15 juillet 2021 | Namibie

Partager cet article !

 

0 Commentaires

Ecrire un commentaire

Faites-nous savoir ce que vous en pensez !