Faire un don

Réduire la violence grâce à l'interculturalité

Les enfants, les jeunes et les femmes issu·e·s de familles autochtones souffrent particulièrement de violences domestiques en Bolivie depuis la crise du Covid-19. Une meilleure compréhension des cultures indigènes dans les points de contact étatiques en Bolivie améliorera la prévention de la violence et les soins aux victimes.

En Bolivie, les familles d'origine autochtone souffrent notamment de violence domestique car leur origine culturelle les rend particulièrement vulnérables à la discrimination. Bien que le Covid-19 ait exacerbé ce problème, il n'en est pas la cause: la forte croissance des villes, l'aliénation entre la famille et l'environnement et partant une forte érosion des racines culturelles indigènes, sont considérées comme des facteurs déterminants. Et les conséquences sont dramatiques. Les valeurs des cultures andines telles que l'aymara ou le quechua, qui aspirent depuis des siècles à un équilibre entre l'homme, la femme et la nature, ont perdu de leur importance, tout autant lors de la période de colonisation qu'au siècle dernier.

C'est là qu'intervient la "Fundación Encuentro" (Fondation Rencontre). Elle travaille quotidiennement contre la violence domestique et s'efforce d'avoir une vision holistique. Elle s’occupe non seulement des victimes, mais aussi des auteurs, des structures familiales ou des services de soutien. Un aspect important du projet dans lequel s'engage Marie Rappaport est que les autorités publiques doivent réapprendre à (re)connaître les cultures indigènes de Bolivie. Si les avocat·e·s, les thérapeutes et les psychologues comprennent comment les guérisseurs et guérisseuses indigènes travaillent et comment les communautés indigènes vivent et fonctionnent, les victimes de ces communautés peuvent également être prises en charge avec plus de sensibilité. Les causes de la violence mieux comprises à de nombreux niveaux de la société, ce qui ouvre la voie à un travail de prévention et de thérapie plus efficace et à une diminution de la violence en Bolivie à l'avenir.

C'est là qu'intervient et la coopérante de Comundo Marie Rappaport, ethnologue. Elle soutient l'organisation "Fundación Encuentro" dans ses efforts pour promouvoir la connaissance des cultures indigènes boliviennes auprès des points de contact responsables de la violence domestique et de la prise en charge des victimes.

Organisation partenaire

La Fundación Encuentro est une petite organisation non gouvernementale en pleine expansion en Bolivie. Elle apporte une contribution importante à la construction d’une société juste, démocratique, inclusive et interculturelle. L’objectif de son travail est d’améliorer la qualité de vie des familles victimes de la pauvreté, souvent autochtones, et de réduire les risques de violence domestique des filles, des garçons et des jeunes bolivien·ne·s.

But du projet

L'engagement de Marie Rappaport permettra d'améliorer la prévention de la violence et l'aide aux victimes dans les points de contact de La Paz et de Cochabamba. Cet objectif sera atteint grâce à l’éducation et à la formation continue ainsi qu’à la promotion de la compréhension interculturelle. L’objectif est de sensibiliser les spécialistes des points de contact publics et privés aux particularités des cultures indigènes en Bolivie, ce qui améliorera à long terme la prise en charge des victimes de violences issues des cultures aymara ou quechua menacées, et améliorera l’efficacité du travail de prévention.

Coopérant·e

Marie Rappaport
Ethnologue

E-Mail

Données essentielles

01.08.2021 - 31.07.2024
La Paz & Cochabamba / Bolivie
Droits humains et démocratie | Santé

Merci pour votre soutien!

Votre don permet à Marie Rappaport d'améliore la prévention de la violence et permet une meilleure reconnaissance des cultures indigènes en Bolivie.

Projets en Bolivie

La balle est dans ton camp !

  • Reste régulièrement informé·e des postes de coopération à l’étranger
  • et de ce que vivent nos coopérant·e·s, et de l’impact de leur projet

S’INSCRIRE À LA NEWSLETTER